© Soroptimist International Union Française
 
Lettre d'information N°11  

Le 21 septembre, à l’occasion de la Journée Internationale de la Paix, les Soroptimist ont célébré avec un éclat particulier et prestigieux le 50ème anniversaire du Traité de l’Elysée et de l’amitié franco-allemande Soroptimist.

Cette manifestation solennelle a rassemblé des Soroptimist françaises et allemandes pour commémorer le rapprochement des peuples des deux pays. Elle se déroula au ministère des Affaires Etrangères, 37 Quai d’Orsay à Paris, sous la présidence de Christine Dagain, Présidente de l’Union Française et en présence de Kathy Kaaf, Présidente de la Fédération Européenne et de Roswitha Briel, Présidente de l’Union Allemande.

Signé le 22 janvier 1963 par le chancelier Adenauer et le général de Gaulle, ce traité fut l’acte fondateur d’une étroite coopération entre la France et la République fédérale Allemande et il était important pour les deux signataires que soit entérinée une relation de confiance et d’amitié entre les citoyens des deux pays.

Aujourd’hui le petit-fils d’Adenauer est venu rappeler l’importance de ce traité dans une lettre qu’il a adressée à Christine Dagain le 18 septembre 2013. Il y écrit notamment, tout en souhaitant une belle cérémonie aux  Soroptimist :« Ce n’est pas seulement en tant que petit-fils du chancelier Adenauer mais c’est aussi en tant que citoyen qui se sent étroitement lié à la réconciliation et à l’amitié franco-allemande que je voudrais vous faire part de ma grande joie que vous dédiez votre rencontre à Paris à ce traité, qui fête ses cinquante ans cette année. Cela prouve que l’idée de ce traité, unique dans l’Histoire et toujours revécu, est profondément ancrée dans une grande partie de la population. »

 

 En effet, le Soroptimist, voix universelle pour les femmes, œuvre pour la paix et cet échange franco-allemand Soroptimist a permis d’en réitérer l’engagement, comme en atteste la déclaration ci-dessous prononcée par Christine Dagain.

 

Déclaration Soroptimist pour la Journée Internationale de la Paix

 

Les guerres, le déroulement des combats, les attentats font l’objet d’informations quotidiennes. La paix n’est pas un sujet de presse, si ce n’est en relation avec une guerre. Est-ce à dire que la paix serait l’état naturel des relations entre les hommes ? Il ne faut pas le croire. Le désir de posséder la terre et les richesses qu’elle porte, est inscrit dans la vieille nature de l’homme.

La paix est néanmoins une espérance humaine.

Guerre et paix, deux aspirations contradictoires dont l’homme ne se défera jamais sans rompre avec sa nature animale au profit d’une nouvelle nature d’essence spirituelle. Cette sagesse ultime ne peut être qu’individuelle dans des sociétés religieuses ou laïques qui légitiment la violence. C’est la voie du pur amour ou de la non-violence.

Dans un monde où de multiples idéologies s’affrontent sur les mêmes champs de bataille, où les marchands rapinent, les organisations non gouvernementales (O.N.G) s’élèvent comme une expression nouvelle de la conscience humaine. Elles rendent comptent de la misère et de la souffrance des hommes, de l’action de ceux qui fondent leurs espérances dans la guerre et le malheur des autres.

Le Soroptimist International est une O.N.G qui déploie ses actions en faveur des droits humains et de la paix.

Il élabore des programmes, des actions et des démarches en vue d’apporter aide et réconfort aux femmes et aux enfants qui sont les premières victimes du désordre mondial.

La paix est une utopie vers laquelle le Soroptimist International se hâte à la mesure de ses moyens limités et de sa volonté, qui est grande.

Les Soroptimist constituent une chaîne d’espérance pour relier les bonnes volontés du monde.

La petite flamme qu’elles allument apporte en quelques lieux de douleurs et de larmes un supplément de vie, d’amour et d’espérance.