Notice: WP_Scripts::localize est appelée de la mauvaise manière. Le paramètre $l10n doit être un tableau. Pour transmettre des données arbitraires aux scripts, utilisez plutôt la fonction wp_add_inline_script(). Veuillez lire Débogage dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 5.7.0.) in /home/limeo/public_html/soroptimist/website/wp-includes/functions.php on line 5663
Les femmes sont-elles prêtes pour un avenir numérique ? - Soroptimist International Union Française
soroptimist International  union française

Les femmes sont-elles prêtes pour un avenir numérique ?

17 juillet 2021

Actualités > Autonomisation > Les femmes sont-elles prêtes pour un avenir numérique ?
Les femmes sont-elles prêtes pour un avenir numérique ?

Blog d’Evelyne PARA, Représentante de l’IS ONU à l’UNESCO

.

Aujourd’hui, de nombreux pays sont convaincus que leur future compétitivité économique dépendra de la rapidité avec laquelle ils pourront effectuer la transition vers des sociétés numériques et « vertes ». D’autant plus que le temps presse pour atteindre leurs objectifs de développement durable d’ici 2030.

Le monde traverse une phase de profond changement, qui bouleverse notre façon de vivre, de travailler et de penser. Partout dans le monde, l’automatisation des emplois peu qualifiés va en s’accentuant, de sorte que ces emplois peu qualifiés, souvent associés à des tâches répétitives effectuées par des femmes, disparaîtront progressivement, tandis que les personnes ayant des niveaux d’éducation et de compétences plus élevés sont de plus en plus requis sur le marché du travail.

La pandémie de COVID-19 a stimulé les systèmes de production de connaissances. Cette dynamique s’appuie sur la tendance à une plus grande collaboration scientifique internationale, ce qui est de bon augure pour relever d’autres défis mondiaux tels que le changement climatique et la perte de biodiversité. Mais cette dynamique doit aussi nous préparer aux métiers de demain, notamment liés à l’industrie 4.0 – transformation digitale. Les femmes ne doivent pas passer à côté de ces emplois d’avenir, mais sommes-nous préparés à cette révolution ? Dans les différentes agences des Nations Unies, les Représentants de l’IS encouragent les États membres à développer des politiques institutionnelles et des formations qualifiantes, adaptées aux femmes et aux filles.

Les femmes risquent de rater le train des emplois de demain

La croissance du développement numérique est inégale dans le monde https://youtu.be/72Ht8ZdQiTc . Elle est également inégale dans les données concernant le genre, les femmes étant toujours minoritaires dans le développement numérique https://youtu.be/7oA3d1Z2SEk .

Bien que les femmes aient atteint la parité (en nombre) dans les sciences de la vie dans de nombreux pays, voire dominent le domaine dans certains cas, elles ne représentent encore qu’un quart (28 %) des diplômés de l’enseignement supérieur en ingénierie et 40 % de ceux en informatique. la science. Seuls 22% des professionnels travaillant dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA) sont des femmes. En outre, moins d’un chercheur en entreprise sur quatre est une femme, et lorsque les femmes créent leur propre entreprise, elles ont souvent du mal à accéder au financement.

L’ONU prédit que pour chaque emploi créé par l’industrie numérique 4.0, les femmes perdront cinq emplois, contre trois pour les hommes. Cette évolution doit donc s’accompagner de politiques institutionnelles pour s’assurer que les filles et les femmes soient bien informées, qu’elles comprennent les choix professionnels qui s’offrent à elles et qu’elles aient accès à une formation qualifiante adaptée.

Dans les agences des Nations Unies, les représentants de l’IS présentent des recommandations politiques et des actions pour aider les États à œuvrer pour l’égalité des genres dans les sociétés numériques du futur. La bonne nouvelle est qu’une main-d’œuvre diversifiée devient un facteur essentiel pour gagner la confiance des investisseurs et augmenter les marges bénéficiaires.

L’industrie 4.0 fait face à une pénurie de compétences

Les femmes restent minoritaires dans les sciences, les technologies de l’information numériques, l’ingénierie et les mathématiques (STEM). Ce sont les domaines qui sont à l’origine de la révolution numérique et donc de nombreux métiers d’avenir. Cette tendance est d’autant plus problématique qu’il existe une pénurie de compétences dans bon nombre de ces domaines. Pour corriger ce déséquilibre entre les sexes, des efforts acharnés doivent être déployés au niveau des gouvernements, des universités et des entreprises, non seulement pour attirer les filles et les femmes dans ces domaines, mais surtout pour les retenir.

Sur le marché du travail européen, la demande de compétences STEM devrait presque tripler, passant de 8 % de la main-d’œuvre en 2015 à 23 % en 2025, tandis que l’emploi dans les secteurs liés aux STEM devrait croître d’environ 6,5 %. Combler l’écart entre les sexes dans l’enseignement des STEM aurait un effet positif sur la croissance économique. La pénurie de compétences alimente la concurrence alors que les entreprises et les institutions se font concurrence pour attirer et retenir les talents. Cette situation peut représenter une bonne opportunité pour les femmes formées dans les disciplines concernées, qui se trouveraient en position de force pour négocier leurs conditions de travail avec un employeur potentiel.

Aux États-Unis, les femmes représentent 57 % de la main-d’œuvre, mais seulement 25 % des professionnels de l’informatique. Malgré les avancées des multinationales technologiques (Google, Apple, Amazon, Huawei, Samsung, Microsoft, Facebook…), la parité est loin d’être atteinte au sein des équipes techniques et managériales.

Pour être intelligent, la révolution numérique devra être inclusive

La pénurie actuelle de compétences en IA, en informatique et en ingénierie est une opportunité pour les femmes de combler le fossé, à la fois en tant qu’employées et en tant qu’employeur. La mise en place de mécanismes qui garantiront aux entrepreneurs technologiques un accès facile au capital-risque ainsi qu’à d’autres sources de financement sera cruciale.

Les entreprises du secteur numérique ont l’avantage d’être moins capitalisées et nécessitent moins de personnel que dans les secteurs traditionnels. Ils ont aussi souvent besoin de moins d’espace de bureau. Dans les pays où les femmes ont du mal à accéder au capital ou à louer ou acheter des biens immobiliers, la possibilité de se passer de locaux coûteux pourrait faire toute la différence pour les femmes entrepreneures.

Les technologies numériques, qui facilitent le télétravail et la mise en réseau tout en élargissant l’accès à l’information, ont été extrêmement utiles pour garantir le respect de la distanciation physique et assurer le partage d’informations pendant la pandémie de COVID-19. Cette crise a provoqué des bouleversements dans l’équilibre travail-vie personnelle qui pourraient bien s’installer. Ces changements devront se traduire par des politiques garantissant que les femmes n’assument pas une part disproportionnée du travail non rémunéré (tâches parentales, domestiques et éducatives), mais qu’elles disposent plutôt de suffisamment de temps et d’énergie pour laisser leur empreinte sur les sciences et les innovations. du futur, afin de répondre efficacement aux grands défis de notre temps, tels que le changement climatique, la perte de biodiversité, les pandémies, la dégradation de l’environnement ou l’urbanisation non durable.

Pour en savoir plus, visitez le Rapport de l’UNESCO sur la science 2021 ICI

Cookies

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site, générer des statistiques de visites et assurer la sécurité du site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies.