Accueil > UNESCO

UNESCO

Plusieurs centaines d’ONG travaillent avec l’UNESCO et un peu plus de 350 d’entre elles ont acquis un statut officiel de partenaire qui les autorise à avoir au siège de Paris des représentants permanents.

 

C’est le cas de l’ONG Soroptimist International, qui siège et participe aux travaux de l’UNESCO.

 

Les Représentantes du Soroptimist International assistent à de nombreuses réunions de travail et expriment le point de vue de notre organisation sur les programmes de l’institution.

 

Compte tenu du nombre des ONG et de la diversité de leurs centres d’intérêt, il est nécessaire de disposer d’une structure de coopération collective des ONG partenaires de l’UNESCO. Cette structure est le Comité de Liaison des ONG, en quelque sorte le chef d’orchestre de la communauté d’ONG présentes à l’UNESCO : il organise deux forums thématiques par an, d’autres journées de célébration des dates-clés ONU, des manifestations diverses à l’UNESCO ou la participation à des manifestations externes (comme la COP 21).

 

Le Comité travaille en étroite coopération avec les représentants de l’UNESCO. Il transmet à la Direction de l’UNESCO les déclarations élaborées par les ONG sur les thèmes correspondant aux domaines de travail de l’organisation (Education, Sciences, Culture et Communication).

 

 

Le Soroptimist International fait partie du Comité de Liaison, ce qui démontre la notoriété et la crédibilité de notre Mouvement auprès de l’UNESCO et des autres partenaires qui l’ont élu.

 

 

 

 

Le 11 septembre 2017, le Soroptimist International France a organisé à l’UNESCO une Journée de conférences-débats sur le thème

« Alphabétisation, Education tout au long de la vie, un Avenir durable pour tous ».

 

Les Actes de cette journée sont téléchargeables ICI.

 

Message d'Evelyne Para, Présidente de l'Union Française du Soroptimist International : 

 

"Une façon de rappeler qu’aujourd’hui dans le monde :

 

- 263 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés.

- 35% des enfants non scolarisés vivent dans des pays touchés par des conflits ou des catastrophes naturelles, et leur nombre ne cesse de croître.

- 14% des jeunes, et seulement 1% des filles, terminent leurs études secondaires dans les pays à faible revenu.

- 758 millions d’adultes, dont 2/3 de femmes, ne savent ni lire, ni écrire.

 

Des responsables de l’UNESCO, des représentants de plusieurs ONG (ATD Quart Monde, New Humanity, BPWI…), d’Associations qui luttent contre l’illettrisme, d’organisations professionnelles, des représentants de Ministères français…, ont pu échanger autour de 3 tables-rondes, sur :

 

-       Quels sont les principaux enjeux de l'alphabétisation et de la lutte contre l'illettrisme aujourd'hui dans le monde ?

-       Quel est l'impact réel de l’alphabétisation sur le développement économique des pays ?

-       Comment l’ONG Soroptimist International (SI) conçoit-elle la mise en œuvre du nouvel Agenda de l'Alphabétisation au service de la Paix dans le Monde ?

 

Au cours des différentes interventions, il a été rappelé que l’éducation est cruciale pour atteindre l’ensemble des objectifs de développement durable 2030 de l’ONU.

 

L’éducation bénéficie d’ailleurs d’un objectif dédié, visant à « assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

 

C’est pourquoi le Soroptimist International (SI) a choisi d’investir dans l’éducation, avec une cible privilégiée : les femmes et les filles.

 

L’éducation n’est pas seulement une affaire d’amélioration des connaissances et des compétences. C’est le cœur même du développement personnel et social, c’est une voie au service d’un développement humain plus harmonieux, plus authentique, afin de faire reculer la pauvreté, l’exclusion, les incompréhensions, les oppressions, les guerres…, c’est un moyen privilégié pour établir des relations entre les personnes, entre les groupes et les nations, et pour réaliser les idéaux qui nous sont chers, à savoir les Droits Humains, la paix, la liberté et la justice sociale.

 

Mais, cet accès à une éducation de qualité, qui est pourtant un droit humain pour tous, est loin d’être réalisé. Agir contre l’illettrisme constitue donc encore une impérieuse nécessité et un défi à relever !

 

La Journée a été conclue par Marie Verhoef-Cohen, Présidente du SI, qui a rappelé qu’à l'occasion de cette Journée de l'alphabétisation, il était important de mettre l'accent sur le problème et de partager les idées des différents acteurs pour lutter contre l’illettrisme.